Une science moderne, l'éclairagiste ?


sciences et voyage, cvd lighting connect, christian von dach, conception éclairage

L'avènement de la technologie LED à permis a un grand nombre d'établissement de démocratiser la vente de systèmes d'éclairages, et cela en dehors des circuits traditionnellement sollicité par les architectes, les bureaux d'ingénieurs ou des entreprises d'électricité.

L'abondance de sites de vente en ligne, l'extrême compétitivité des manufacturiers asiatiques et l'accessibilité de plusieurs logiciels de calculs photométriques ont pu laisser croire qu'éclairer était une tâche aisée.

Mais la planification de l'éclairage ne doit pas être, un argument pour la vente de luminaires LED ou un vernis de sérieux pour rassurer le client.


L'éclairagisme ne consiste pas à gaver de données un logiciel, aussi performants soit-il et d'imaginer que le résultats sera bon, car un excellent traitement de texte n'a jamais fait un bon écrivain.

La mission du concepteur d'éclairage est de veiller au risque chromatique (spectre lumineux dégradé ou inapproprié) l'éclairagiste doit proposer la qualité de la lumière en adéquation avec son objectif, son coût et son impact environnemental.

Il me parait important de rappeler ici, en quoi consiste les enjeux de concepteur éclairagiste.


livres éclairagisme, christian von dach, cvd lighting connect,

Bien évidement, des compétences en sciences de la photométrie sont un prérequis mais c'est insuffisant car l'implantation de luminaires dans un projet demande de l'intérêt pour la culture architectural ainsi que des l'arts décoratifs (une bonne maitrise des codes des métiers de l'architecture sont très important).

Il est très utile aussi pour l'éclairagiste de comprendre aussi les contraintes de l'installateur électricien qui est en charge de l'implantation et du raccordement des sources lumineuses. Le concepteur de lumières doit répondre à certaines normes, mais celles de l'électricien sont nombreuses et très strictes.

Si les dispositifs d'éclairages doivent respecter le style et la sécurité. Il ne faut jamais oublier que l'on ne met que rarement en lumière un espace pour lui-même. C'est les personnes qui y prennent place que l'on éclaire.


L'homme est un primate trichromique diurne, ce postulat peut faire réagir, mais, contrairement à un grand nombre d'êtres vivants que nous côtoyont, cette caractéristique nous permet d'apprécier un très grand nombre de nuances de couleurs et de luminosités.

Il est très agréable que la lumière mette en valeur notre environnement et c'est indispensable pour nos déplacements.

Un bon éclairement est essentiel pour exécuter avec précision et sécurité, toutes sortes de tâches et lorsque il est dosé avec soins il preserve notre acuité visuelle de pathologies dégénératives.

cycles cyrcadien, éclairagiste,chronobiologie, christian von dach, cvd lighting connect

En effet nos yeux permettent de nous repérer dans l'espace (nous en avons tous conscience) mais ils sont aussi un moyen de se se repérer dans le temps. Notre vue est un important synchronisateur chronobiologique.

Il apparait donc que des notions de neurologie, d'ergonomie, de chronobiologie et différents aspects de la psychologie sont indispensables pour bien comprendre l'impact que la lumières à sur nous.


Continuons à nous éloigner de la simple vente de lampes et des calculs photométriques, car nous l'avons vu, les enjeux de la lumière dépassent le commerce.

Les technologies de l'éclairage ont considérablement évolués.


Des différentes formes d'incandescences, du paléolithique à Thomas EDISON, le vingtième siècle a vu ensuite le développement des tubes fluorescents en 1927 puis des LED en 1990 (je précise que je parle des débuts d'exploitation commercial

pour l'éclairage et non de la recherche)


Trop souvent, la conception d'un projet d'éclairage est limité par des considérations purement économiques et normatives. Les besoins physiologiques auquel un éclairage doit répondre sont tempérés par une méconnaissance de son influence bénéfique sur notre comportement social et professionnel.


Il est évident pour un éclairagiste que les compromis qu'il doit accorder au maitre d'oeuvre ne doivent, malgré tout, pas péjorer la qualité de la lumière installée.

Il me parait important de revenir sur un fait, quand le client demande qu'on mette en lumière une pièce, il oublie que le besoin est, avant tout, d'éclairer des personnes pour qu'elles exécutent une tâche, dans les meilleures conditions possibles.

light is life, luxmètre,photométrie

Le développement des technologies LED, OLED ainsi que les considérables améliorations de l'éclairage fluorescent, permettent au concepteur éclairagiste de proposer des concepts de qualités qui limitent les investissements à la mise en oeuvre et diminuent également les coûts de maintenance.


le professionnel de l'éclairage doit s'intéresser à la gestion de la lumière grâce à des systèmes qui modulent la lumière selon des scénarios pré-établis en fonction des circonstances. La domotique (pour la maison), l'immotique (pour le lieux de travail) grâce a leur souplesse et leur relative décentralisation, permettent la numérisation de la mise en lumière et supplantent les automates industriels ainsi que les commandes dites "0-10 volts".

Des systèmes tels que DALI (Digital Addressable lighting Interface), KNX (KoNneX network), LonWork, Enocean, Zigbee ZZL et bien d'autres permettent via plusieurs médias (bus, radio, web, pour l'essentiel) d'intégrer la lumière dans la gestion technique du bâtiment afin de mieux gérer la maintenance et les coût d'exploitations.


Lorsque l'installation est remise au client commence ce que j'appelle "la dégradation photométrique".

Effectivement, l'installation neuve est normalement livrée avec un plan de maintenance qui tient compte des différents facteurs d'altérations de la qualité de la lumière. Ce plan d'entretien doit garantir un éclairement suffisant en tout temps. Il considère les caractéristiques mécanique, électriques et photométriques des lampes et les conditions d'exploitations. Le changement préventif des lampes, le nettoyage régulier des luminaires pour maintenir l'éclairage nécessaire.


Malheureusement ce type d'entretien est trop souvent négligé par les responsables de maintenance qui ne sont pas sensibilisé a la problématique spécifique de l'éclairage. Ils lui préfèrent la maintenance curative qui leur semble (a tort) plus économique, l'habitude est de changer le consommable q

ui ne marche pas et c'est souvent par un produit bon marché mais inadapté.

Résultat, quand le professionnel de l'éclairage arrive dans une structure, il est fréquent qu'il observe ce fluorescent qui papillote au milieux d'autres tubes en fin de vie qui ont déjà perdu 30, 40% ou plus de leur efficacité lumineuse (quand ils ne sont pas tout simplement hors-service).

La réponse, systématiquement, est "on commande une nacelle quant il y en a plus de tubes éteints car on y voie encore assez".

l'éclairagiste sait aider les entreprises a mettre en place un plan de maintenance qui permet de rationaliser les opérations de remise en état pour maintenir l'éclairage et le moderniser tout en maitrisant les coûts.

Une science moderne, l'éclairagisme ? le titre de cet ancêtre de "Science et Vie" de 1934 ainsi que d'autres illustrations de cet article, démontre que la lumière et son bon usage est une préoccupation qui n'est pas récente. la désormais complexité des moyens d'éclairage, rend l'expertise de l'éclairagiste indispensable.

christian vondachhristian visaintena

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Christian VON DACH lighting designer

Passionné par la richesse de la lumière et par ce qu'elle nous apporte. je conçois votre éclairage, pour vous.

Par tags
  • Facebook Black Round
  • Google+ Black Round
  • Tumblr Black Round